Notre précepte est :

Notre précepte : "Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences." (Françoise Dolto)

AVERTISSEMET

AVERTISSEMENT // MISE EN GARDE : Il faut bien avoir à l'esprit ceci : la « maladie de Forestier » est une pathologie très atypique et très asymptomatique, et que les articles publiés dans ce Blog font références à des cas extrêmes pour la plupart. Ainsi seulement 10% à 15% des sujets touchés sont susceptibles de présenter des symptômes sévères. La découverte de cette « maladie » est fréquemment fortuite. C'est souvent lors d'un examen radiologique, qui n'a souvent rien à voir avec l'indication du bilan RX, que le diagnostic de « Forestier » est posé.

Retrouvez moi sur FB : https://www.facebook.com/ForestierDish/

Translate

dimanche 10 novembre 2013

Lombalgies chez deux sujets âgés de 58 et 87 ans

Pinar JM Manzanet à , T Soriano Cry à , G Moy del Barrio à , pour les médecins de famille. Centre de santé du Canal de Panama. Zone 4. Madrid. Espagne.

Mots-clés
Diffuse hyperostose squelettique idiopathique, maux de dos, de la radiologie.

Résumé

Idiopathique diffuse du squelette hyperostosis (DISH) est une maladie musculo-squelettique caractérisée par une tendance à la prolifération ossification du périoste, les ligaments, les tendons et les capsules articulaires, touchant principalement le cordon, mais peut également avoir des manifestations extrarachidiennes. Généralement, il est seulement radiologique trouver assez frappant, mais sans grande importance clinique. Toutefois, le médecin de famille doit connaître l'existence de cette maladie, non seulement pour faire un diagnostic correct, mais en raison des conséquences qui peuvent en résulter que des complications telles que la compression de la moelle épinière ou viscérale (niveau cervical, principalement), ankylose ou de déstabilisation vertébrale. Nous rapportons le cas de deux hommes qui sont entrés dans un court espace de temps dans notre centre avec des symptômes similaires, douleur lombaire et présentant le diagnostic radiologique de plat ou de la maladie de Forestier et Rotes-Querol, sans autres complications cliniques, sauf une certaine raideur dans un cas, après le suivi effectué.

Article

INTRODUCTION

Pathologie ostéo-articulaire (principalement évolution chronique) est un motif très fréquent de consultation dans les centres de soins primaires, en particulier chez les patients âgés. Dans cette condition semble être une tendance de notre part de "Tag" tous les cas, l'arthrose, sans effectuer aucun test de diagnostic.
Toutefois, dans certains cas, l'évolution particulièrement symptomatique ou très longue, peut-être devrait réévaluer le patient et demander un test de diagnostic est très accessible comme une radiographie pour confirmer ou le diagnostic différentiel de la spondylarthrite avec d'autres maladies comme la spondylarthrite ankylosante ou hyperostosis idiopathique diffuse du squelette, est décrite ci-dessous et dont la prévalence augmente avec l'âge. Probablement la seule approche thérapeutique à suivre peut varier, étant toutes les maladies bénignes, mais ce diagnostic impliquer piste précis qui peuvent permettre au patient d'un médecin de famille mesures appropriées ou l'aiguillage vers les complications possibles, pas si prévu dans le cas de maladie dégénérative.

DÉCLARATION DE L'AFFAIRE

Au cours d'un mois est allé voir deux patients de sexe masculin, 58 et 84 ans respectivement. Dans les deux cas, la raison de la consultation était de maux de dos et aucun n'a eu une histoire d'intérêt en termes de la trame courante. Dans le premier cas (cas A), la douleur était de longue durée (mois), avec des périodes d'exacerbation importante que celle causée la requête concernant l'augmentation des situations de charge de travail. Douleur localisée de faible niveau à haute dorsale et lombaire était accompagné d'une contraction musculaire discrète ainsi une certaine raideur lors d'une tentative de plier la région.
Le second patient (cas B), l'augmentation de l'âge, signifiait un lieu plus aiguë, plus caudale (bas du dos) et de son exploration n'a trouvé aucun signe d'intérêt. En réponse partielle au traitement prévu à la fois avec des analgésiques, anti-inflammatoires et des relaxants musculaires, il a été décidé de demander des examens radiologiques.
Dans le cas Une radiographie lombaire (Fig. 1), on observe l'ossification significatif au bord antérieur des corps vertébraux de D12 à L4, avec ostéophytes marquées, a noté pour sa taille qui angle antéro-supérieure de la L3 («en flammes de bougie »). Espaces intervertébraux semblent préservés. Dans le cas B (Fig. 2) dans leurs assiettes lombaires sont vus calcification aussi important et ossification entre les corps vertébraux de D12 à L5 (plus accusés de L2 à L4). Les corps vertébraux et l'espace entre eux ne montre pas de grands changements. Dans les deux cas, élargi l'étude radiologique, présentant niveau des articulations sacro-iliaques normal. Dans le cas où une modification similaire a été observée, bien que minime, la colonne vertébrale de niveau moyen avec calcifications corps vertébraux antérieurs et entre eux.

Figure 1. d'Radiographie cas rachis lombaire A. Ostéophytes en "flamme de la bougie" au niveau de L3.

Figure 2. d'Radiographie cas rachis lombaire B. Ossification et des calcifications importantes les plus marquées de L2 à L4.

DISCUSSION

Hyperostose squelettique idiopathique diffuse ( idiopathique diffus hyperostose [DISH]) est une maladie caractérisée par une tendance à l'ossification des ligaments, des tendons et des capsules articulaires région périostée. La plus courante et la plus caractéristique est la colonne vertébrale radiologique, même si nous devons être attentifs à leurs manifestations extrarachidiennes. Prédomine chez les hommes (2:1) et peut être trouvé dans 12% des hommes de plus de 70 ans, et dans 6% des plus de 40 ans 1 . La maladie est aussi appelée Forestier et Rotes Querol, étant ceux qui, décrit en 1950 le "hyperostose vertébrale ankylosante sénile" (9 cas), le présentant comme une entité pathologique distincte de l'arthrose et la spondylarthrite ankylosante. En 1956, Forestier parlé de régions périphériques, après avoir décrit des cas en moins de 50 ans. En 1975, le nom proposé des critères radiologiques 3 pour le diagnostic DISH Resnick et 2.3 :
1) La présence de calcification et ossification rouler le long de la face antérolatérale d'au moins 4 vertèbres contiguës, avec ou sans excroissances associées joints intervertébraux niveau.
2) à maintenir au moins par rapport à la hauteur du disque intervertébral dans les pièces concernées, et pas de changement significatif de la maladie dégénérative du disque, y compris phénomène d'aspiration et de la sclérose marginale des corps vertébraux.
3) L'absence d'ankylose osseuse des articulations apophysaires et la perturbation de la sacro-iliaque, soit par l'érosion, sclérose en plaques, ou la fusion intra-articulaire.
Habituellement, une constatation radiologique fortuite, mais peut présenter pathologie, en plus de la rigidité des personnes touchées par le phénomène de compression médullaire fois (rare) de cas que l'implication du col œsophage (le plus courant), la dysphagie peut apparaître même dans un jeune de 15 à 28% des cas. Jusqu'à 25-50% des patients souffrent de diabète ou de la courbe du glucose et des séries diabétique pathologique sont jusqu'à 30% de hyperostosis. Cela pourrait s'expliquer par la constitution et obèses âgées coexistent souvent chez ces patients 2,3 .




Bibliographie


1 . Rotés J. Querol Ankylosante hyperostose vertébrale (HAV). Idiopathique diffuse du squelette hyperostosis (DISH). Dans: Blanco FJ, Carreira P, Martin E, Mulero J, Navarro F, Olive A, Turner J, éditeurs. BE Manuel des maladies rhumatismales. 4e éd. Madrid: Pan American Medical, 2004. p. 419-23. CITATION
Deux . comté A, Pedrosa CS. Appareil locomoteur: arthropathies. Dans: Pedrosa CS, Casanova R, éditeurs. Imaging. Compendium de radiologie clinique. Madrid: McGraw-Hill, 1997. p. 622-38.CITATION
Trois . Espina A, Forcada J, Joaniquet X. Hyperostose diffuse idiopathique, à propos d'un cas.
Enregistrer un commentaire