Notre précepte est :

Notre précepte : "Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences." (Françoise Dolto)

AVERTISSEMET

AVERTISSEMENT // MISE EN GARDE : Il faut bien avoir à l'esprit ceci : la « maladie de Forestier » est une pathologie très atypique et très asymptomatique, et que les articles publiés dans ce Blog font références à des cas extrêmes pour la plupart. Ainsi seulement 10% à 15% des sujets touchés sont susceptibles de présenter des symptômes sévères. La découverte de cette « maladie » est fréquemment fortuite. C'est souvent lors d'un examen radiologique, qui n'a souvent rien à voir avec l'indication du bilan RX, que le diagnostic de « Forestier » est posé.

Retrouvez moi sur FB : https://www.facebook.com/ForestierDish/

Translate

jeudi 31 janvier 2013

Fractures vertébrales chez les patients atteints de la DISH


Résumé


But de l'étude
Les fractures vertébrales chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante ou idiopathique hyperostose peut soulèvent de difficiles problèmes diagnostiques et thérapeutiques. Fracture vertébrale est bien connu dans la spondylarthrite ankylosante, mais exceptionnelle dans les formes diffuses hyperostose squelettique idiopathique. Le but de ce travail était d'identifier les caractéristiques cliniques et radiologiques chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante, afin de déterminer si des risques similaires et l'expression clinique sont observées chez les patients atteints diffuse hyperostose squelettique idiopathique, et de présenter une classification radiologique de ces fractures. Nous n'avons pas évalué les méthodes thérapeutiques dans la présente étude.
Matériel et méthodes
Quarante-huit fractures chez 48 patients ont été observés sur une période de 17 ans. Vingt patients (âge moyen 62 ans) avaient une spondylarthrite ankylosante et 28 patients (âge moyen 81 ans) ont diffuse idiopathique hyperostose squelettique. Une chute a été la cause immédiate de la rupture dans plus de la moitié des patients. Aucune notion de traumatisme n'a pu être identifié chez six patients. La classification radiologique a été établi comme suit: taper j'ouvre-cale fracture antérieure, de type II "dents de scie" fracture de type III occulte ou radiologiquement invisibles fracture, de type IV non spécifiques fractures comparables à d'autres fractures vertébrales. Une tomodensitométrie a été obtenue chez tous les patients vus après 1992 et l'imagerie par résonance magnétique a été réalisée dans le cas d'hématome extra suspect. La classification ASIA (tel que modifié par Frankel) a été utilisé pour lésions de la moelle. L'évolution clinique et les complications ont été notées.
Résultats
Le diagnostic a été établi le jour de fracture chez 32 patients (12 et 20 spondylarthrite hyperostose) et entre le jour 2 et 30 de 16 (8 spondylarthrite et 8 hyperostose squelettique idiopathique diffuse).La classification radiologique était: le type I n = 30, type II n = 4, type III n = 8, de type IV n = 6 (une fracture odontoïde, cinq fractures de compression). Trois patients ont eu des hématomes extra-dural (2 spondylarthrite et 1 hyperostose). Trente-quatre patients (11 et 23 spondylarthrite hyperostose) avait lésions de la moelle, dont 16 avec un intervalle sans symptôme. La classification ASIA était: type A n = 4, type B n = 6, type C n = 20, type D n = 4. Trente-deux patients sont décédés au cours des trois premiers mois après une fracture de la colonne vertébrale (10 spondylarthrite et 22 hyperostose), en raison de complications lit de repos connexes 30. Un patient est décédé après la rupture d'un anévrisme de l'aorte.
Discussion
Les fractures vertébrales chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante ou diffuse idiopathique hyperostose squelettique généralement se produire spontanément ou après un traumatisme à basse énergie. Complications ultérieures avoir des conséquences graves. Un diagnostic tardif soit les résultats d'une fracture radiologiquement manque visible ou de la présence d'un occulte "papier mince" fracture. Nous n'avons pas d'expérience avec la scintigraphie diagnostic ou d'imagerie par résonance magnétique. À notre avis, en répétant norme rayons X les deuxième et troisième semaines et l'utilisation d'un balayage en spirale ou spirale multiple scan pourrait fournir un diagnostic précoce.
Conclusion
Le diagnostic de fracture vertébrale possible devrait être explorée très largement chez les patients ayant une colonne vertébrale ankylosée symptomatiques qui présentent des symptômes compatibles avec une fracture vertébrale, avec ou sans traumatisme.


Enregistrer un commentaire