Notre précepte est :

Notre précepte : "Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences." (Françoise Dolto)

AVERTISSEMET

AVERTISSEMENT // MISE EN GARDE : Il faut bien avoir à l'esprit ceci : la « maladie de Forestier » est une pathologie très atypique et très asymptomatique, et que les articles publiés dans ce Blog font références à des cas extrêmes pour la plupart. Ainsi seulement 10% à 15% des sujets touchés sont susceptibles de présenter des symptômes sévères. La découverte de cette « maladie » est fréquemment fortuite. C'est souvent lors d'un examen radiologique, qui n'a souvent rien à voir avec l'indication du bilan RX, que le diagnostic de « Forestier » est posé.

Retrouvez moi sur FB : https://www.facebook.com/ForestierDish/

Translate

samedi 5 janvier 2013

Petit résumé de la pathologie

Cette maladie, décrite en 1950 par Jacques Forestier (Aix-les-Bains) et Rotes Querol sous le terme d’hyperostose vertébrale ankylosante est également connue sous les noms d’hyperostose ankylosante et de « diffuse idiopathie skeletal hyperostosis » (DISH).
Ce diagnostic se base essentiellement sur des images radiologiques, d’abord en forme de becs volumineux, puis de coulées osseuses réalisant un pont entre les vertèbres, au niveau cervical, dorsal et lombaire (voir illustration). Il peut s’agir d’une découverte radiologique fortuite.
Le diagnostic de maladie de Forestier est attribué de façon assez fréquente après 50 ans et surtout chez l’homme (3 hommes atteints pour 1 femme). Trente à cinquante pour cent de ces patients ont un diabète révélé ou latent, et beaucoup sont obèses.
Nous ne mettons pas en doute le fait que vos clichés radiologiques démontrent des images vertébrales correspondant à ce diagnostic. Cependant les patients atteints de cette maladie de Forestier ont une colonne vertébrale enraidie, mais n’en souffrent pas ou ont des rachialgies intermittentes et modérées. A côté de ces images vertébrales, des examens systématiques permettent de découvrir des productions osseuses (ostéophytoses) aux insertions des muscles, tendons et ligaments (donc en bordure ou en dehors des articulations périphériques). On décrit en particulier une ostéophytose du cotyle (c’est-à-dire du toit de la cavité de la hanche) qui peut être parfois engainante. Cette hyperostose coxo-fémorale, sans pincement de l’espace articulaire, est le plus souvent latente, parfois associée à une discrète limitation des mouvements. Ce n’est qu’exceptionnellement que ces productions osseuses nécessitent une prothèse totale de hanche, mais il est connu que l’intervention dans de tels cas s’accompagne de nouvelles ossifications autour de la prothèse.
L’étiologie de cette affection est encore sujette à discussions. Pour Arlet (Toulouse), le taux sanguin de vitamine A serait plus élevé chez ces patients que chez les témoins. D’autre part, on a pu provoquer des images analogues chez le chat avec un apport excessif de vitamine A.
Voilà pour ce qui est de la maladie de Forestier. Vous conviendrez que certains éléments ne concordent pas avec votre cas particulierIl est difficile d’attribuer à ce diagnostic radiologique tardif toutes les plaintes douloureuses que vous avez notées depuis l’âge de 22 ans et notamment de justifier par ce diagnostic les interventions subies au niveau des épaules et des hanches.
Y aurait-il alors une autre affection pour les expliquer ?
A ce propos, il faudrait signaler que les micro-(et macro-)traumatismes du sport peuvent à eux seuls générer des ossifications au niveau des insertions musculaires et tendineuses. Pour M.F. Kahn (Paris), ces traumatismes sportifs expliqueraient également des lésions intra articulaires avec dégénérescence cartilagineuse et arthrose précoce.



 | Accueil | Début Page |

Enregistrer un commentaire