Notre précepte est :

Notre précepte : "Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences." (Françoise Dolto)

AVERTISSEMET

AVERTISSEMENT // MISE EN GARDE : Il faut bien avoir à l'esprit ceci : la « maladie de Forestier » est une pathologie très atypique et très asymptomatique, et que les articles publiés dans ce Blog font références à des cas extrêmes pour la plupart. Ainsi seulement 10% à 15% des sujets touchés sont susceptibles de présenter des symptômes sévères. La découverte de cette « maladie » est fréquemment fortuite. C'est souvent lors d'un examen radiologique, qui n'a souvent rien à voir avec l'indication du bilan RX, que le diagnostic de « Forestier » est posé.

Retrouvez moi sur FB : https://www.facebook.com/ForestierDish/

Translate

vendredi 4 janvier 2013

QU'EST-CE QUE LA MALADIE DE FORESTIER ET ROTÈS-QUEROL?


QU'EST-CE QUE LA MALADIE DE FORESTIER ET ROTÈS-QUEROL?

La maladie de Forestier et Rotès-Querol (qui est aussi appelée hyperostose vertébrale ankylosante, hyperostose vertébrale engainante, mélorhéostose vertébrale ou, en anglais, diffuse idiopathic skeletal hyperostosis ou DISH, c.-à-d. « hyperostose squelettique idiopathique diffuse ») est considérée comme une forme d'arthrite dégénérative. Elle se caractérise par la formation de ponts osseux entre les vertèbres, le long des faces antérolatérales du rachis (c.-à-d. les côtés de la partie avant de la colonne vertébrale). Elle est également associée à une inflammation, à une calcification et à une croissance osseuse excessive en d'autres parties du corps où des tendons et des ligaments s'insèrent sur un os, comme le coude, le genou et le talon. Ce phénomène peut entraîner la formation d'ostéophytes (bavures osseuses), par exemple au talon.


La maladie de Forestier et Rotès-Querol serait, selon les études, la deuxième forme d'arthrite la plus courante après l'arthrose. Elle touche entre 6 et 12 pour cent des Nord-Américains, presque toujours des personnes âgées de plus de 50 ans. À la différence de la plupart des autres formes d'arthrite, la maladie de Forestier et Rotès-Querol frappe plus souvent les hommes (65 pour cent) que les femmes (35 pour cent). Vingt-huit pour cent des hommes de plus de 80 ans en sont atteints.

La maladie de Forestier et Rotès-Querol se manifeste par une douleur intermittente et en particulier une raideur dorsales, surtout entre la nuque et le milieu du dos. La raideur est souvent plus prononcée le matin ou après une longue période passée en position assise. Elle peut également empirer par temps humide. La douleur est parfois aiguë, surtout à l'exécution de certains mouvements comme la torsion ou la flexion. La douleur dorsale (dorsalgie) peut souvent être soulagée par la pratique d'activités physiques d'intensité modérée.
Certains malades peuvent avoir de la difficulté à déglutir et à bouger le cou. De plus, comme la maladie de Forestier et Rotès-Querol peut toucher les points d'insertion des tendons des bras et des jambes, elle provoque dans certains cas des accès récurrents de ce qui ressemble à une simple tendinite en des endroits comme l'épaule, le coude, le genou ou la cheville. Or, cette manifestation est bien sûr attribuable à la maladie de Forestier et Rotès-Querol.
Bien que, dans la documentation médicale, les mentions de symptômes caractéristiques de la maladie de Forestier et Rotès-Querol remontent à près d'un siècle, ce n'est que depuis 1997 que cette affection est reconnue comme un trouble distinct. C'est pourquoi elle échappe encore à la connaissance de nombreux médecins et est souvent confondue avec d'autres pathologies.
Bien des gens qui se plaignent de dorsalgies chroniques ont probablement la maladie de Forestier et Rotès-Querol, mais ne le savent pas. La maladie est souvent confirmée au moyen de radiographies de la colonne dorsale ou de la cage thoracique, qui mettent en évidence les ostéophytes le long des vertèbres.

Les causes exactes de cette maladie demeurent inconnues, mais le risque d'en souffrir pourrait être plus élevé chez les personnes ayant un excès de poids depuis l'enfance.
Enregistrer un commentaire